Combien de fois êtes-vous passés devant un jardin dont le figuier croulait sous les figues? ou devant un fossé dans lequel les cerises pourrissaient au sol?  Cela vous désole, voire vous révolte, à l’heure où de nombreuses personnes n’ont pas accès à ce genre de fruits frais et sains? Eh bien, nous aussi.

On a donc décidé de s’armer et de faire la chasse à ce gaspillage alimentaire : On a pris nos paniers, notre échelle et notre bonne humeur, et on est allés cueillir des fruits chez nos voisins, nos amis, notre famille. Et très vite, on s’est dit qu’il fallait passer à la vitesse supérieure, et que pour cela, il fallait être plus nombreux. C’est comme cela qu’est née l’association « Aux arbres citoyens! » en juillet 2020, à La Rochelle où nous habitons.

Nous cueillons tout type de fruit : cerises, figues, raisin, prunes, pommes, poires, abricots, noix, olives, etc. A nos yeux, ces fruits qui ne sont pas ramassés chez les habitants constituent une véritable manne nourricière non exploitée qui doit participer à la résilience alimentaire de notre territoire. Il s’agit de fruits sains (non traités chimiquement), de saison, et évidemment locaux. Il nous semble donc important de tenter de valoriser au maximum cette ressource « invisible ».

Cueillir, un acte citoyen et solidaire

La nature nous offre généreusement à chaque nouvelle saison des fruits savoureux. Ayant poussés en milieu urbain, les arbres n’ont subi aucun traitement chimique (interdit), et leurs fruits sont donc parfaitement sains et naturellement pleins de vitamines. C’est justement cette alimentation saine et fraîche qui manque aux plus démunis. En effet, la Banque Alimentaire, lors de ses collectes récupère 12% de fruits et légumes, là où 33% seraient nécessaires.

Cueillir, un moment de partage et d’échanges

Chaque cueillette est un moment que l’on partage avec les autres, où chacun amène sa pierre à l’édifice, où plutôt sa pomme au panier. Autour de l’arbre, on se met à discuter avec ce voisin que l’on ne connaissait pas, ou avec cette autre bénévole rencontrée pour l’occasion. On s’entraide en tenant l’échelle du voisin et on se partage le travail pour être plus efficace. Et puis, tout le monde peut cueillir, de 7 à 77 ans ! Nul besoin de compétences particulières pour reproduire ce geste ancestral.

Cueillir, un geste fort pour le climat

Alors qu’une grande partie de notre alimentation parcourt des centaines (des milliers!) de kilomètres pour arriver à notre assiette et où l’offre fruitière est souvent déconnectée des saisons, la cueillette urbaine apparaît comme un geste simple et efficace pour réduire le bilan carbone liée à tout ce transport. C’est donc un petit pas vers la résilience alimentaire de notre territoire, mais également une belle façon de se rappeler l’importance des saisons, comment poussent les fruits, toute la biodiversité que l’on trouve autour d’un arbre, etc.

Cueillir, une activité sympa pour prendre un peu l’air !

Avant toute chose, cueillir, c’est amusant et c’est agréable. Tendre le bras pour attraper cette belle pomme rouge, sentir son panier se remplir de bonnes petites cerises, sauter pour saisir cette grappe de raisin bien juteuse : autant de sensations qui nous reconnectent à la nature, et à notre âme d’enfant. C’est quand même plus agréable que prendre son caddie pour aller au supermarché, non?